Clicky

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nassogne : la minorité quitte le conseil communal.

Pin it!

Blason_de_Nassogne.jpg

Il y avait réunion du conseil communal à Nassogne ce lundi 12 février 2024. La minorité n’y a pas assisté.

En début de séance, tout le monde (excepté Olivier Henrotin) était présent.

Philippe Pirlot, de la liste «DcM», avait demandé l’ajout de deux points.

L’un d’entre eux concernait la location du Château du bois.

De suite, le Bourgmestre Marc Quirynen a demandé que l’on vote pour le retrait de ce point de la réunion du conseil, estimant que cela relevait uniquement du Collège.

Philippe Pirlot n’était pas de cet avis et s’appuyait sur le Code Wallon de Démocratie Locale qui dit que «Le conseil communal a une compétence générale sur tout ce qui est d’intérêt communal». Or, le Château du Bois est un bien communal.

Majorité contre opposition (Véronique Burnotte — indépendante apparentée Ecolo s’est abstenue), comme le groupe «DcM» l’explique sur son nouveau site (http://dcm.blogspirit.com/), le point n’a pas pu figurer à l’ordre du jour.

Et les groupes « DcM » et « Ensemble » ont alors quitté la réunion.  Elle a donc eu lieu avec les seuls membres de la majorité et  Véronique Burnotte.

Et à ce propos, le groupe «DcM» avait déjà envoyé par le passé un communiqué de presse sur ce Blog (http://tinyurl.com/5bf56mtb) où il parlait du Château du Bois.

Philippe Marchal, locataire de ce bien avait répondu (http://tinyurl.com/mrxypnpz) en disant ne rien avoir à se reprocher et disait, je cite «Il ne m’appartient pas de répondre d’une autre manière aux informations diffusées par Monsieur Pirlot. Je laisse les autorités communales le soin de lui répondre et de l’informer le cas échéant.»

Dans un mail-réponse envoyé à Philippe Pirlot, avec copie à tous les conseillers communaux et au Blog de Nassogne, Monsieur Marchal dit également ceci : «Je ne suis en rien responsable d’éventuelles erreurs, lenteurs, oublis ou autres fausses informations diffusées par quiconque au sein de l’Administration Communale.»

Monsieur Marchal suggère que l’on se renseigne auprès des autorités communales, mais celles-ci refusent de donner la moindre information, en se réfugiant sur le fait que cela doit rester (caché?) dans les murs des réunions du Collège.

On peut donc se demander quels sont les problèmes avec ces locations ? Pas du côté du locataire, semble-t-il dire.

Qu’a donc à cacher ce Collège?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel